• la leune

    auteur : P'tit Jo

    Ca t’ét enter le naï et la breune par un cial ben clai, les guernettes chantite de même les guerzillons oussi.

    Le soulaï se taet embourre darriére les sauzes de la prée, mais maï ce qe je zieuté le pu ça taet la leune qi picher d’ssus le carre de vigne, un p’tit pu haot qe le courti.
    A se chomi tot doucettement et ça me fit ringe. Je voulis alle vouëre de pu près c’te sacré leune. Je partis à m’n’alle à sa rencontr.
    Me v’la don pour cri la leune. Cant qe j’taes su la voyette ça marcher ben et je zieuti terjou ce grand rond tot bllanc qi terluzaet. A taet la, pas ben lein, juste ou bout de la hae de freignes, à qhèqes enjambées.

    C’ét c’qe je creyi, més dame pouint, y fali qe je prene la chinte de vigne. J’avions troës ans, mes p’tites qhettes et mes sabiaos se taent à maïtie bourdes den les charrots des tomberiaos ou des chartes et les pocrées des chevaw. Et la leune, yelle, à s’taet chomé un p’tit pu haot, astoure. Portant je v’laes alle la cri c’te sacré leune, més je vayis ben q’a se hopaet de pu en pu et c’ét là qe j’ouis q’on avaet huche et qe les miens me cri.

    Mes parents taent ben en paine de ne pouint de terouer y s’demendaent ben eyou qe j’taes foure. Y’avaet pourtant un biao clar de leune à perzant, més falaet-y savouèr où qe j’taes.
    (Y zont sans doute penser à l’etanc), més ren et pis là je me ses mis à berier, pasqe la leune a taet trop haote pour aller la cri. J’taes pllante là come un bunot. « Faot-y don étr sans gingin pour fére ene chouze paraille. Tu nous a faet pou » q’on dit mes parents cant y m’ont r’trouve.
    Les guernettes et guerzillons chantaent terjou et la leune terluzaet de tot son rond et maï je rentris tot ebobe.

    « Souvenance de congëscomment q'céti q'çà marche ? »
    Partager via Gmail Yahoo!