• le chaosson de Miliène

    auteur : Pascale

    Miliène s’en r’vint du courtil. A posi ses sabiaux dans le garaje et va pour met’ ses chaossons. Y’en a pu q’un. Mais où qui l’est don l’aout ?

    A fouragi  du caoté de la bouète à laveu. A trouvi eun chaosse de son bounoume, eun tout seu conme de ben entendu. Al enlèvi le panieu du grépi. Mé qu’est-qe cà teu ti qe c’te chiffon ?

    Ca teu ses gants de noce en dentèle de Calais qe sa mère li avions donneu le matin de son mariaje.

    C’te jou-là, pa respet pour la coutume, al ava mis qeqe chaose de neu, qeqe chaose d’emprunt, qeqe chaose d’ancien et qeqe chaose de bieu.

    L’ancien pou sa vie avant le mariaje. Miliène avait mis les bouc d’orailles à sa tante Valentine qui l’ava élevée.

    Le neu pour sa vie qa alleu fère.  A s’éta acheteu eun ben belle robe bianche en plumetis avec des panieus de dentelle crocheu par des roses.

    L’emprunt pour la chance et le bonheur. Ca teu les fameuz gants de dentèle.

    Le bieu pour la ghinée. Le père li avait crocheu un mochet bieu à  son jupon. Si y ava devineu qe la charrue ava té mis avant les bœufs, a l’aurait point eu son mochet bieu  !!!!

    Miliène sonji à son bounome. Eun larme couli su les sentes de la vie cizeleu au coin de ses ieux. Un coupl d’ans que son mari té carpailleu. Pu de 50 anneus qi ava té ben aize ensembieu. La garçaille ava dit qe ca te biau d’et’ atelés depe si longtemps. La vie n’ava pas té simpl’ mais y l’ava passeu main dans la main.

    A défi le chiffon et désoli les deux gants de dentelle. A les mit ben contr’ son cœur avec la chaosse tot seule.

    Milienne décrouillit la porte de la cuisine. Son pied toqit dans qeqechouse. Ca té le chaosson. Le chat ava trifouillé d’dans.

    Miliène senti le matou se hergneu su’ ses jambes.

    - Viens-t’en Minette, faut faire à mangë asteure.

    « Le chéne et le rememberment Le fest-noz de St Jelien »
    Partager via Gmail Yahoo!