• Le chéne et le rememberment

    auteur :  Marie-Monique

    J’avé pichone ou mitan d’ene hae, e depés ben des années je vivaes là tot a mon laizi..

    Avé mes vouézins le châtaingne, le fragne, le trembl, le sûrot, l’ebaopin, j’devisions des aféres qemunes. Les eûres pâssaent tranqhiles, a la douce.

    Chaqe jou taet de méme et pouint de méme.

    Terjou, a la piqe du jou, le soulai se montraet ou bâs du temp, l’anjelusse derlindaet a la méme eure, les jaos chantaent.

    Més ou fil des sézons ça ne taet pas de méme :

    En basse sézon tot taet atrempë. en dormirie. Je cachemutions, just pour se dire bonjou, pour ne pouint detourber les qhueqes méles, téte-naire, gorje-rouje ou traes, qi venaent cri des guermilles. Les cllouz taent dezerts, pus de béte, pus d’ome. Le fre enguerpissaet tot.
    Des fouais la neje se crochaet a nous troles, je ne boujions pouint de poû q’a ne chet, sou nous robes bllanches j’avions fiere mine.

    A la prime, les jiboulées venaent rapropri nous pelis, ene ventée berdansaet noutr branchaije.

    A nous piës d’humbl violetes ôfraent yeût sent-bon, des flleurs jaones sortaent de terre :des coucous, des pate-de-ouae, des rouzinettes, gn’avaet oussi des pentecôtes roujaodes bigariolées de bllanc.

    De totes petites feuilles nouzouzes sortaent dede su nous troles. Je commençions à revivr.

    Les ouéziaos avaent ertrouve yeûte vouéz e lançaent des trilles a nen pus fini, a qi arë le pus bao chant pour amieler sa belle. Y bâtissaet yuet nid, se mettaet a coue et qhueques semaines pus tard j’entendions jargouéze. Des bouées de lapins sortaient de la garene et la net au clle de leune y tenaent des devizeries.

    Les omes se remettaent a aranje la terre, a l’alure des beûs ou des chevaos i cherruer, herser rouler. Cante la terre taet préte i semer et piquer, de la pique du jou jusq’a la breune.

    La haote sézon arivaet, ça taet le temps des faocheries et sayeries. Le soulai taet ben haot et chaofaet dur. Les bêtes venaent s’alombre dessour noutr branchée. les omes oussi, tot echaobouillës, i beuvaent un bon coup, caozaent, rigolaent.et retournaent a l’ouvraije..

    Les avettes, les hiépes, les mouches, tot les abibaots brundaent, les ouéziaos subllaent c’ateat un vrai concert. Les rouates, les sourds yeûs se gralaent ou soulai.

    Et  l’otone ervenaet, les flleurs de la prime s’taent emmorfôze en fruts, ene gerouée d’agllands balaent à mes troles, les femmes cante la garçâille venaent epeloner les châtaingnes, enter yeulles a caozaent, riaent a contaent tot les rapiamusses.
    Les omes fezaent les châruries de Toussaint, ça taet le temp de la semerie.
    J’vivions des jous eureûz

    E pis la mecaniszézon ét arivë, les tracteurs ont rempllacé les chevaos, la mouesoneûze-bateûze, a print la pllace des lieûzes, je n’ouayaes pus les omes qemander yeûs chevaos : hue, dia, huo, youqe.

    Les mecaniques teaent de pus en pus grousses, yeûs fallaent de pus en pus de larje, pour ne pouint  avouèr de jénance falaet relarji les chemins, egrandi les pieces de terre, oute les haes.

     E ilë les omes ont enjine le rememberment.

     Les boutouer sont arivës; i l’ont tot araiché, ça fut ene ben trist jornée. Les adieûs à mes voiuézins furent ben doulants je devions tertot terzaler, j’e vû mes amis le châtagner, le fragne, le trembl, le sûrot, l’ebaopin guerzeler de totes yeûs troles e ilë qheûche a bâs e boute den un tâs yun par-su l’aotr.

    E gn’avaet pu qe mai de rest. je vayaes ma derniere oure arivée, més le boutouer et ereparti poursieurd son emayante tâche vers ene aote hae, e pis core ene aotr, et ene aotr, deqhulant, abrâzant tot su son pâssaije, arbrs, arbrissiaos, pllantes, egâchant, les ériçons, les vermines, les lapins, les lieuvrs, tot les ceûsses qi restaent dans la hae.

    Ou jour d’anet je se tot seu ou mitan d’ene grande piece de terre dézerte, je m’enoue. Gn’a pus qheuq’un à qi caozer, ou lein j’entr-aperçouès un aotr chéne, més sement il ét ben trop elingne, y ne me oui pouint.

    Ene fais le temp, des mecaniques de pus en pus grousses tournent, virent outour de mai, e pis s’en retournent terjou pus vite e core pus vite.

    A la piqe du jou, le soulai se montraet terjou ou bâs du temp, l’anjelusse derlindaet a la méme eure, les jaos chantaent.

    Més fini les chanteries, les riries les brâilleries, la garçaille qi jaopitre e qi coure a perdr respire.

    Pus persone qi s’alombre dede sour mon branchaije, gn’a sement qe qheuqhes ouéziaos qi vienent core me rendr vizite, menme les omes ne vienent pus gâter de l’iao su mes raïes.

    Le jou ousqe des siançouz ont injine le rememberment il arë ben mieûs fet de’aller ou cenâ e dormi,

    asteur je serions ben pus benéze.

    Marie

    « le boué des zéraosle chaosson de Miliène »
    Partager via Gmail Yahoo!