• le chien

    Auteur : Henri

    le chienMaï, j'vas vous causeu du dessin du gars Quino, que j'eu chouézi.

    En permieu, on vaï un chien qué qhutee devant eun sia. Il é ben atrempë, i fait meriene. Y deu ben sûr songeu a un biao pays i'où qu'y aurait des chiennes en pagaille, des saocisses à mangeu tant qu'on en veut et un régiment de facteurs pour leur mordre le petou. Là-d'sus s'en vient un monsieur d'la ville. Ben hanë, avec un costume tout naï, eun cheminze bin bianche et eune cravate. Comme qui dirait pareu pour s'nalleu à un enterrement. Il porte moustache et lunétes. ça li donne bin d'lallure. C'est ben manque un grossium. Un VIP comme ont dit asteur. Pt'et bin un notére ou un gherissou. V'la que l'monsieur arrive près du chien. Y l'alouze, et vas-y que j'te chéri et que j'te câline. On vaï ben qu'il lui fait des promésses. Il li promé, bin manque, pus d'beure que d'pain. Mais comme le monsieur est un biao disou, qui sait bin à qui y cause, c'est un beau rouchè qui promet à Médor.

    Le grossium s'nalle par la porte avec une faï de pu des fllateries en veux-tu en vl'a. Le rouchè promis à cor groussis. Not' Médor se sent benéze. I saote partout, i r'mu d'la qheûe, il est tout bavouz de content'ment. Penseu donc, un biao rouchè comme ça !

    Le vl'a chomeu d'vant la porte, en attendant le r'tour du bonhomme. Quelle aubaine !

    Le temps passe ; un dessin, deux dessins, tois dessins. La qheûe r'mu un peu moins et la goule ne bave pu.

    Quat' dessins, cinq dessins. Cet faï, not Médor est aqeni et sonjou. Qué qu'c'est donc qu'cette enjance de bonhomme ? Comme y vaï que ça n'sert à rin d'attende pu longtemps. Y décide de s'nalleu.

    On l'vaï qui rente chez li, la goule basse et la queu pu basse encore. I deu songeu "Qu'est qu'cé que s'te drôle d'oiésè ?"

    En route y passe devant de grinw pllacards. Et d'vineu la goule de qui qu'ont vaï su les affiches ? Not' grossium bin sûr. Avec in'e devize écrite grou comme ça :"Voteu pour maï !".

    Vous l'aurez compris le bonhomme est un demandou pour une élection. Ben sûr faudré point trop runjé su s'dessin et craire que ce bonhomme retire su les siens qu'on vaï dans le post depé quequ' s'maines, qui huchent après no't voterie. ça srait pas creuyable qu ça s'passe de même.

    « Pour le 2 de mai
    Partager via Gmail Yahoo!