• Le fest-noz de St Jelien

    auteur : Patrick

    L’aut jou ma feme et mai tions alle au fest-noz de Galo Tertot a St Jelien.Sur le pllacard qu’du biao monde, Les Traines Meriennes , Gwénolé Ayoul, Oliver Caillon. L’Effet Matin que je connais ben ; ensembl on a uzer nos aubes de répondous de messe avec les frères Martin sur les bancs du qhurë.

    Teurjou pien de plleizi de se reterouer pou danser su d’la muzique bertonne o dè gavottes, ridées,avant deux des Touches e ben d’aotes core. Comme teurjou lè sonous ou chantous a la goule passent ao tour de rôle, entrinent danèeurs airs les dansous  pou des dans, en chaigne ou en coupl. Quel dansou n’a jamais vu arrivé a cote de li yien qi ni connais ren, ni des bras ni des quettes.

    A St Jelien alour q’la sairée éteat ben avancée, v’la ti qe j’vai arrive ene marraine e son ome pas  vrai ben pouillé sur yieux, qi teneat ene sacre bernazé ; y teant ben agrayës ensembl.

    Rigolez rigolez, ce n’éteat la meme chaose qan y enterent dan la chaone enter ma  feme et maÏ ; la ridée tourna au kasadshoc, les quettes s’en alle autant d’van qe d’erriere, ou ben sou le coutë,  quan aux bras si maï j’arrive de contenir les siens d’ma vaïzine, il n’en fu pas de meme pou ma feme qi a cote d’yelle esseyae d’danse, un grand maudit d’un bon mete qatre vingt, qi teat pouint derçable .

    Dan la chaone not coupl amuze ben les aotes dansous, certain riaonë dan leur barbe ; au bout d’la dans, ma vaizine avaet le p’tit dai du paradi tou grogi, il falu ben souquer fort pou garde la boûgerre dan le rytme d’la muziq

    Ma feme taet bouqë d’avai endure se grand fi de garne qi y’avaet a moitie débouéte lépaole. Tou deu étions d’assent  pou laisse a d’aotres dansous le soin de partaijent leur savair avec not coupl d’apprenti ; qand a nous pou la sairée  c’étaet ben bon de même et pi on avaet rendous au bal des lits bllanc .

    V’la le bout. 

    « le chaosson de MilièneFoto de famille »
    Partager via Gmail Yahoo!