• Le pré cand qe j’tai garcaille

    auteur : Patrick

     Cand j’te jieune j’eme ben grimpe dans un grand chene de pien vent, qui taet  dans le mitan d’un grand  pré , ca taet l’endret eyou qe je m’amuse ,eyou que je guette , ca teat mon repaire .

        A la prime , face au levé du soula , je decouvre un busson d’ébaupins avec  de baos pousses vertes alourque les boués d’épines noires tranchai de fieures bianches et les genêts de joanes .

        En pien midi une hae de châtagner , ormiaos ,aunes , boulâs qui evaillent yeûs ombr pour la joument de Marcel ;qui a esseyé de me dehucher en passant sous yeune branche bâsse d’un pomier pien de ghi , alors qe j’te grimpe sur son dos sans licou.

      En basse ressié , le soula roujaye les feuilles de broût qui montaet olpe les buardes et emondes de frene.

      Au haot une hae de fruts  où se melange cormier pour le citr , ghigner pour les oziaos , suroad pour la confiture , nouziller pour les chats-de -bouez et la vaillé et enfin l’ébaupin pour la bocalé

    « Foto de familleLa rencontre »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter