• LES AVETTES

    Texte de Solange

    Qé don q' t'ava vu Arsène qe të to bedoufflë ?

    C’ t’anë-là, les beus ava yu la cocotte, les vaïsins të ben émayë pour seyer.

    -       Comment q’ j’allions ti fère, les beus n’ peuvent pu travayer d’mézë.

    -       N’y a qa d’mander à Arsène avec ses choaos et sa lieuse, l’ouvraje s’ra ben pu vit fè.

    -       Je fus d’assant et me v’là parti seyer à la grand pièce des Landes. I fis deux ou touas tours avec la moissonneuse lieuse. Cà marcha rèd’ ben.

    Su’ l’coup d’ neuf hours et demi, dix hours, v’la les avettes qi c’mencent à vezonner aotour de mes orailles. Faut dire qe n’y ava des bignons dans l’taillis à Gautier et les avettes ala butiner dans la pièce de bië naï qi ta en flleur, d’ l’aot coutë d’la pièce de grain. Les v’la qi m’ataqent tot un essaim sur maï.

    J’en ava pllen les ch’veux, pllen la goule et jusqe sur ma cheminze.

    J’m’en saovi ben vit avec mes choaos. Mais les saprës avettes m’ava piqë la goule, ventié ben a pu d’cinqante endrës. J’ta tèlement bedoufllë q’ j’ava la tète grousse com’ un bouësso durant pu d’ quinze jours à toua s’maines !

    « L’EBORGNOU D’ CRAPAOD OU SOULAÏ
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter