• Partir pour se prom'neu

    Auteur : Henri

    A matin, je seu parti d'chez maï pour me prom'neu su la viette, qui meune à Saint-Mars-la-Jâille.

     Aut'faï ça teu l'train qui passeu là. Vantier bin eune locomotive à vapeur ou p’tèt bin même eune des permière Meuch’lines. Mais, je n'lai point connu, je seu trop jeune. Semb'ti que les dernieus trains d’voyageurs r'montent à 1939.

    Asteur, n'y a pu d’rails et le ballast a éteu écrabouti, piat comme eune galette. Le ch'min c'mmence à Carquefou, pis y meune à Saint­Mârs­du­Désert, Ligneu, Teilleu, Panneceu et pour finir Saint­Mars­la­Jâille, y’a bin 45 kilomètres.

     On vaï les p'tites maison des gard'-barrières. Y'a core du monde qui y d'meure.  Près d'une maison y'a une bique qu'on vaï souvent au printemps, avec ses biqu'tons. Quand le bouc est là, ça schlingue, comme dit mon cousin de Nantes. Mais li y cause pas bin, c'est de l'argot des faillis garçons du quai d’la Fosse.

     Su ce ch'min on y rencont’ toutes sortent de monde, à pieu, à vélo, à choao. Des mâraines avec des bouées d'garçailles. Des joggeurs, qui font le Jacques, habilleu avec tout pien d'couleurs. Parail que des vaches gari-garette, comme on dit par chez nous à Héric.

     Je vaïlle défileu les saisons et les anneus aussi. J'aim bin clire du sû*** dont on fait de bonne confiture et à la fin de l'éteu quequ' nousilles.

     Pu tard, en septembre, j'trouve des potirons. J'me promène en chantant à pienne tête ou en subiant du pu que j'peu. Dame ! C'est la saison d'la chasse et j'ai pas bin envie de m'prendre un coup d'pétoire dans le poutou. J'en croise souvent des "chassous" avec leur chiens qu'abeuillent tant qu'ça peut. Ah! Fi d'garce. J'ai ti don pou quand ça peute de partout dans les d'maines.

    J'aime bin l'éteu aussi, car j’ouïe alors tout' sortes de bestioles, des oiéziau ; le puqu'ya bin sûr c'est des pinchelettes et des groles, mais j'vaï aussi des teurtes et des ramieux et queq'faï eune perdriole.

    L'aut' faï, j'étais rendu bin linye quand il a pisseu trois gouttes dans la goule à un beurtaud, pas bin grave. D'aut' faï ça mouillasseu un pt'it, mais souvent d'temps, vous saveu comment qu' c'est chez nous,  je m'seus pris des ernaopées su la couanne et là j'vous prie d'coire que j'men seu r'tourné trempeu-gueuneu pu d'une faï.

    J'vaï des bibites aussi, des midis qui saotent partout, des avettes qui r'gagnent leur cavet. Des barbots, qu'on appelle des vaches de chêne par chez nous et j'entends bin sûr des gueurzillons. Quand j't'eu p'tiot, avec mon copain p'tit Louis, on n'a t'y délogeu des gueurzillons. Avec eune paille. Et quand y vleu pas v'nir on pissait su leur pertus. Y sorteu recta, ben manque q’y z'avait pou d'se neuïeu.

    Quèq'faï, je vaï un beuche-mérde, quand j'men r'viens su l'tard. Tiens ! ça m'rapelle c'que disait mon père à not' vaïsin Évariste qu'arriveu toujours après la bataille quand on aveu besoin d'li pour les battages : "Taï ! T'és comme le beuche-mérde, tu t'ëmouves su l'tard".

    L'Évariste y nigeoteait bin pu qu'à son tour et c'est misère pour l'pov beuche-mérde qu'y mérite point d'êt' compareu à not' sacreu Évariste. Quel gueurlubieu ct'i là !

     Mais ! V'la qu'j'entends l'angelus de six heure au clocher de Ligneu. Il est grand temps que je m'en rentre.

    « pour le 5 de decembr 2016Petit-Mars »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter