• L’EBORGNOU D’ CRAPAOD OU SOULAÏ

    Texte de Solange

    Ca ta un éborgnou d’ crapaod ou soulaï....

    Y ta niant com’ un’ couleuve. I n’s’émouvë qe l’saï, com’ les beuches-merde.

    Qeq’ faï qand y ta ben émouvë, i ta reud’ fort. I trinë l’diab’ par la qheue.

    I ta mentou oussi. I racontë à q v’lë l’entende q’i ava té rouler un’ pièce de bië naï, lalin à Lonlu avec son choao. I s’ta endormi sur l’roulë et pi qand qi s’të revië, la pièce ta finie d’ rouler.

    Un’ aot fa, i ava s’më les pataches en feverier sous la neije et ben qand q’i les ava arrachë au mouë d’aout, la neije té cor ou pië des pataches. C’t’anëe là les pataches ava si ben profitë qa të grousses com un bol. N’en falè touas pour faire un’ bolëe !

    I ava yu oussi un’ joument qi ta méchante, défonssë méchante, qe vous m’crérez si vous v’lez, qant il l’a enrochëe touas jours apra qa të ceurvëe, a mordè cor dans la palle.

    En pu d’ çà i ta inventionneur. Ca ta lu q’ava inventë la corde à virer l’vent, la m’sure à boudins, l’ moulin à casser la poudr’ de Perlinpinpin et cor ben d’aotes chouses.

    Pour finir, i a inventë la poudr’ d’escampète et depë c’ temps-là j’l’avons pu jamais r’vu !

    « devouère pour le 6 de novembr 2017LES AVETTES »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter